Notre histoire

J’ai réalisé qu’un groupe de réadaptation auditive devait être organisé, mais avec une approche unique.

– Dale Bonnycastle, fondatrice d’Entendre Québec

  • 1979/1980

    Comment tout a commencé

    CAPA tient ses premières réunions à l’Hôpital Queen Elizabeth, élabore une charte et des règlements, élit un conseil d’administration et obtient sa première subvention de fonctionnement.

  • 1981

    Notre premier magazine

    The Communicaider, le premier magazine de CAPA, commence à être publié. Le premier programme de sensibilisation débute.

    1981

  • 1982/1983

    Un nouvel emplacement

    CAPA déménage au Mackay Center, 4500, boul. Décarie. Les membres assistent à la première Association des malentendants canadiens à Toronto.

  • 1984

    Club social

    Le Club social de CAPA commence à présenter des films sous-titrés.

    1984

  • 1993/1994

    2 nouveaux programmes

    Lancement du Centre de ressources Lily Bernstein et du programme HEAR (Hearing Education for Aural Rehabilitation).

  • 1998/1999

    Plus de programmes

    Première journée de sensibilisation à l’audition et début du programme pour jeunes adultes.

    1998/1999

  • 2004

    25e anniversaire

    Lise Thibault, lieutenante-gouverneure du Québec, s’adresse aux membres à l’occasion du 25e anniversaire de CAPA.

  • 2011

    Nouvel emplacement

    CAPA déménage de nouveau, cette fois-ci au 7000, rue Sherbrooke Ouest.

    2011

  • 2013/2014

    Nouvel emplacement

    Le programme de lecture labiale par satellite commence dans l’ouest de l’île de Montréal.

    La première directrice générale rémunérée est embauchée.

  • 2015

    35e anniversaire

    2015

  • 2018

    Programme La perte d’audition due au bruit

    Ce programme de prévention débute.

  • 2019

    Changement de nom

    Changement de nom de CAPA à Entendre Québec à partir de l’été 2019.

    2019

Après avoir obtenu ma maîtrise en troubles de la communication humaine de l’Université Mcgill (spécialisation en audiologie), j’ai obtenu mon premier poste à l’Hôpital Queen Elizabeth à l’automne 1977. À cette époque, dans les cliniques d’audiologie hospitalières, la majorité du travail consistait à tester les gens : un client par heure, cinq jours par semaine. J’ai aimé le travail et j’ai vraiment aimé interagir avec mes patients.

Après quelques mois de travail, j’ai réalisé qu’il manquait quelque chose d’important dans ce service d’audiologie, c’est-à-dire du temps pour aider les clients ayant une perte auditive importante et des difficultés de communication. Après les tests, lorsque nous avions quelques minutes pour discuter, les clients exprimaient leur frustration, leur colère et leur détresse au sujet de leur perte auditive et de ses répercussions sur leur vie.

Nous n’avions pas le temps de discuter de ces préoccupations pendant les rendez-vous d’une heure, et je commençais à être très frustrée par cette situation. Je savais qu’il y avait quelques cours de lecture labiale qui se donnaient dans la ville, mais c’était à peu près tout. Apprendre à lire sur les lèvres seul, bien qu’important, n’était qu’une partie de la solution. Bien sûr, les adultes étaient équipés d’appareils auditifs mais ils devaient ensuite se débrouiller par eux-mêmes, avec seulement quelques informations de base.

J’ai réalisé qu’un groupe de réadaptation auditive devait être organisé, mais avec une approche unique. L’accent serait mis sur la collaboration, le partage des difficultés et de l’information et la recherche de solutions constructives, dans un environnement sans jugement où tout le monde pourrait être écouté et compris. Autrement dit, le groupe serait sans agenda fixe et serait axé sur le soutien, la compréhension, les clients et les solutions – et non sur l’audiologie.

J’ai commencé à parcourir mes dossiers la nuit, à identifier les personnes qui avaient une perte auditive importante et à parler de ce groupe aux nouveaux clients que je rencontrais – des gens comme Lily Bernstein, Alvin Goldman et Ed Plover. Des lettres ont été envoyées pour offrir aux patients un cours de groupe de huit semaines intitulé Lecture labiale et stratégies de communication, mais tous les participants comprenaient qu’il y avait là une forte composante d’entraide.

Nous avons reçu suffisamment de réponses positives pour former un groupe pendant la journée et un autre le soir pour accommoder les gens qui travaillaient. Les participants du groupe étaient motivés et convaincus qu’ils ne devaient pas s’arrêter après la séance de huit semaines. Ils estiment qu’il fallait créer une organisation pour répondre aux besoins des adultes malentendants. Des leaders naturels ont émergé. Et le reste, comme nous le disons, appartient à l’histoire…

This post is also available in: English